jaune


jaune

jaune [ ʒon ] adj., n. et adv.
XIIe; jalne 1080; lat. imp. galbinus
I Adj.
1Qui est d'une couleur placée dans le spectre entre le vert et l'orangé et dont la nature offre de nombreux exemples (citron, bouton d'or). ambré, blond, doré; xantho-. Biol. Corps jaune : masse jaune dans l'ovaire, formée par un follicule de De Graaf après la chute de l'ovule et sécrétant la progestérone. ⇒ progestatif.
2Qui est jaune (1o) ou tire sur le jaune par rapport à qqch. de même nature mais d'une autre couleur. Ocre jaune. Phares jaunes. Or jaune. Consulter les pages jaunes, l'annuaire professionnel (en France). Le maillot jaune du Tour de France. Le métal jaune. La race jaune : race humaine, en majeure partie asiatique, caractérisée par des yeux bridés et une pigmentation brun très clair de la peau (cf. ci-dessous, II, B, 1o). Le péril jaune.
3Qui est jaune mais dont ce n'est pas la teinte idéale. Dents jaunes. Sclérotique jaune des hépatiques. Teint jaune. bilieux, cireux. Être jaune comme cire, comme un coing, comme un citron.
4(1834) Méd. Fièvre jaune.
5 Hist. Syndicats jaunes (dont l'insigne était un genêt et un gland jaune) :organisations syndicales créées en 1899 contre les syndicats ouvriers (cf. ci-dessous, B, 2o).
6Nain jaune.
II A N. m.
1(v. 1170) Une des sept couleurs fondamentales du spectre solaire, placée entre le vert et l'orangé. Tirer sur le jaune. jaunâtre . Tourner au jaune. jaunir. Peindre en jaune. Un jaune clair, vif, éclatant.
Adj. inv. Fleurs jaune d'or. Étoffes jaune citron, jaune paille, jaune safran, jaune serin, jaune soufre, jaune moutarde. Fam. « leur insigne jaune pipi » (Fallet).
2Matière colorante jaune. Jaunes végétaux. curcuma, fustet, quercitrin, 1. safran. Jaunes minéraux : jaune de chrome, de zinc. Jaune de quinoléine : colorant alimentaire. — Un tube de jaune. Les jaunes de Van Gogh.
3Collect. Couleur jaune des vêtements. « tout de jaune habillé, ganté de jaune » (Zola). Le jaune ne lui va pas.
4Partie jaune d'un objet. (XVIe) Le jaune de l'œuf, un jaune d'œuf; ellipt le jaune, un jaune (opposé à blanc) vitellus.
B N.
1Rare au sing. Personne de race jaune (emploi désobligeant). asiatique. Les Jaunes.
2Vx Membre d'un syndicat jaune (I, 5o).
Mod. Ouvrier, ouvrière, qui refuse de prendre part à une grève. briseur (de grève), renard.
III Adv. (1640) Rire jaune, d'un rire forcé, qui dissimule mal le dépit ou la gêne. Il « souriait un peu jaune » (Martin du Gard).

Jaune partie centrale (vitellus) de l'œuf des oiseaux et des reptiles, contenant les réserves nutritives issues de l'ovocyte (1°3 de protéines et 2°3 de lipides, dont 2 % de cholestérol). [Sa couleur jaune est due à des pigments caroténoïdes.]

jaune
adj., n. et adv.
rI./r adj. Qui est de la couleur commune au citron, à l'or, au safran, etc.
(Québec) adj. et n. m. Jaune orange: orangé.
|| Fièvre jaune: typhus amaril.
Corps jaune.
rII./r n.
d1./d n. m. Couleur jaune (couleur du spectre visible dont la longueur d'onde est comprise entre 0,5 et 0,6 mum).
d2./d n. m. Colorant jaune. Jaune indien, jaune naphtol.
d3./d n. m. Jaune d'oeuf: partie centrale, jaune et globuleuse, de l'oeuf des oiseaux, constituant l'ovule.
d4./d (Avec une majuscule.) Personne appartenant à la grand-race jaune (V. race).
d5./d Péjor. Personne qui ne prend pas part à une grève.
rIII/r adv. Fig. Rire jaune, sans gaieté et en se forçant.
————————
jaune
(fleuve). V. Huanghe.
————————
jaune
(mer) partie du Pacifique, entre la Chine et la Corée. Le Huanghe s'y jette, donnant aux eaux une couleur jaunâtre.

⇒JAUNE, adj., adv. et subst.
I. — Adjectif
A. — [Jaune est inhérent à la nature, à la qualité du qualifié] Qui constitue la couleur la plus chaude et la plus lumineuse et rappelle notamment la couleur du citron, de l'or, des blés mûrs.
1. [En parlant d'un inanimé concr.]
a) [d'un élément de la nature]
Qui est naturellement de cette couleur, dont une variété est de cette couleur. Boue, pierre, sable jaune; miel jaune. Ce grand désert jaune et calme, où errent des chameaux (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Qui sait, 1890, p. 1193). Des champs de colzas fleuris, jaunes, jaunes à perte de vue, dans lesquels, charmé, ébloui, il n'osait plus bouger (CHÂTEAUBRIANT, Lourdines, 1911, p. 35).
SYNT. Ambre, argile, marbre jaune; fleur jaune; iris, rose, tulipe jaune.
Qui passe naturellement par cette couleur, signe de maturité puis de dessèchement. Anton. vert. Blé jaune, feuilles jaunes d'automne. Nous disons qu'un abricot est d'abord vert, et qu'il est jaune quand il est mûr (ALAIN, Beaux-arts, 1920, p. 244) :
1. Vers la fin d'octobre, (...) Chenillat est devenu le centre de tout le paysage au-dessus duquel il se dressait comme une enclave de couleurs vives et contrastées : des saules aux têtes rouges et roses, des peupliers jaune très pâle, — jaune de Naples, — d'autres jaune vif alternant avec des chênes et des sapins restés verts d'un vert noir...
LARBAUD, Journal, 1934, p. 326.
b) [d'une source lumineuse naturelle ou artificielle] Étoile, soleil jaune; clarté, lueur jaune d'une veilleuse. Un clair de lune jaune, qui parsème la friche de flaques d'or pâle doucement luisantes (GENEVOIX, Boue, 1921, p. 156). Éclairage, lumière jaune de l'électricité (v. MERLEAU-PONTY, Phénoménol. perception, 1945, p. 359).
c) [d'un objet fabriqué teint, peint en jaune ou naturellement jaune, d'une matière première transformée] Crépi, cuir, satin jaune; or jaune. Il [le papier] était froissé et il était jaune, non point jauni par la vétusté et un séjour dans quelque poche sordide, mais jaune de couleur, d'un jaune paille (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 142). Verres lourds où le vin rouge a les reflets sombres du rubis et le vin jaune ceux de la topaze (ERCKM.-CHATR., Ami Fritz, 1864, p. 23) :
2. Enfin il [Bergotte] fut devant le Ver Meer (...) où, grâce à l'article du critique, il remarqua pour la première fois des petits personnages en bleu, que le sable était rose, et enfin la précieuse matière du tout petit pan de mur jaune.
PROUST, Prisonn., 1922, p. 187.
SYNT. Colorant, cuivre, liqueur jaune.
En partic.
Chambre jaune, salon jaune. Pièce tapissée, décorée de jaune. Le plancher — car (...) la chambre jaune était planchéiée — était recouvert d'une natte jaune (G. LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p. 33).
Gants jaunes. V. gant I A.
Le métal jaune. L'or. V. avaricieux ex. 2.
Nain jaune.
Toile jaune. Grosse toile qui n'a pas été blanchie. (Dict. XIXe-XXe s.).
Vin jaune. Vin blanc du Jura issu d'un seul cépage, le Savagnin, dont les grappes sont cueillies à l'extrême limite de la maturité (d'apr. Ac. Gastr. 1962).
[En parlant des vêtements] Châle, chaussure, ciré, gant, gilet, jupe, redingote jaune. Des bottines de cuir jaune à grelots (GONCOURT, Journal, 1864, p. 66) :
3. Celle-ci portait une robe neuve, aussi courte, toutefois, aussi jaune que par le passé; plus jaune même; d'un jaune incomparable, jaune-canari ou jaune-topaze, jaune soleil, jaune d'or, jaune d'œuf...
TOULET, Demois. La Mortagne, 1920, p. 70.
2. [En parlant d'un animé]
a) [D'une pers.] Prunelles jaunes. [De Marsay :] — (...) Et d'abord, ce qui m'a le plus frappé (...) ce sont deux yeux jaunes comme ceux des tigres; un jaune d'or qui brille (...) de l'or qui aime et veut absolument venir dans votre gousset! (BALZAC, Fille yeux d'or, 1835, p. 351). Les camarades l'appelaient La Gueule-d'or, à cause de sa belle barbe jaune (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 473).
En partic. Race jaune. Race humaine particulièrement formée d'asiatiques, caractérisée par une pigmentation jaune de la peau. V. affectif ex. 12.
[P. méton.] Ce qui se rapporte à la race jaune. Femme jaune, peuple jaune. L'Islam renaît, le monde jaune s'éveille : à l'un l'Asie, l'Afrique à l'autre (MAURRAS, Kiel et Tanger, 1914, p. 200).
Péril jaune (au fig.). Danger que constitueraient les pays de race jaune à cause de leur surpeuplement dû à une forte natalité. Il y avait le péril rouge, le péril jaune : bientôt des confins de la terre et des bas-fonds de la société une nouvelle barbarie déferlerait; la révolution précipiterait le monde dans le chaos (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 129). [Actuellement, le péril jaune désigne un danger écon.] Le péril jaune, l'expansion de l'automobile nippone outre-Atlantique, outre-Manche, en Allemagne, chez nous, prennent les dimensions d'un casus belli (L'Est républicain, 24 oct. 1980, p. 22).
Spécialement
ANAT. Ligaments jaunes. ,,Ligaments élastiques qui réunissent les apophyses transverses des vertèbres entre elles`` (Lar. méd. 1970).
PHYSIOL. Corps jaune (v. corps III B 3 c).
b) [D'un animal] Cheval, chien, poussin, serpent jaune. Des salamandres noires et jaunes qui me mangeaient les orteils (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 123).
Bec jaune. Bec des oisillons. Au fig. Cf. béjaune.
B. — [Dont la teinte jaune, généralement désagréable, provient d'une altération de la couleur originelle ou naturelle et traduit un manque d'éclat]
1. [En parlant d'un inanimé concr.]
a) [D'un élément naturel souillé, pollué] Eaux troubles et jaunes. On piétine longtemps dans la neige jaune, pâteuse, du chemin (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 14) :
4. Il est, il est sur terre une infernale cuve,
On la nomme Paris; c'est une large étuve,
Une fosse de pierre aux immenses contours
Qu'une eau jaune et terreuse enferme à triple tours...
BARBIER, Ïambes, 1840, p. 95.
En partic. [D'un fleuve] Jauni par ses alluvions. Fleuve jaune qui roulait ses eaux lourdes entre deux rives basses (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 2). Le beau Danube jaune (ARAGON, Rom. inach., 1956, p. 117). Le fleuve Jaune, la mer Jaune.
b) [D'un lieu, d'un élément du paysage éclairé par un jour douteux] Le ciel (...) est si sale, si jaune que le sol blanc ne parvient plus à éclairer (VERCEL, Cap. Conan, 1934, p. 12) :
5. ... le mot [jaune] d'ailleurs est brutal; il dénature un ton de toute finesse et qui n'est qu'une apparence. Exprimer l'action du soleil sur cette terre ardente en disant que cette terre est jaune, c'est enlaidir et gâter tout.
FROMENTIN, Été Sahara, 1857, p. 29.
c) [D'un objet dont la couleur est altérée par le temps, la saleté, qui est jauni] Notable fragment d'un journal jaune et déchiré (DUHAMEL, Suzanne, 1941, p. 108).
Jaune de. Elle n'avait aucun dégoût, habituée à l'ordure; elle enfonçait ses bras nus et roses au milieu des chemises jaunes de crasse, des torchons raidis par la graisse des eaux de vaisselle (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 506). Camions aux bâches jaunes de poussière (MALRAUX, Espoir, 1937, p. 517).
2. [En parlant de la pers.] Avoir les dents jaunes.
a) [des cheveux, synon. péj. de blond] Il s'appelle Poil de Carotte au point que la famille hésite avant de retrouver son vrai nom de baptême. — Pourquoi l'appelez-vous Poil de Carotte? À cause de ses cheveux jaunes? — Son âme est encore plus jaune, dit madame Lepic (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 293).
b) [du teint altéré par l'âge, la fatigue, l'inquiétude, certaines maladies du foie] Être jaune, être tout jaune. Je trouve Alphonse la figure fondue, tirée et jaune, jaune à la suite d'une épouvantable crise d'estomac (GONCOURT, Journal, 1896, p. 963). Il portait sur son visage des marques de fatigue; teint jaune, yeux injectés (JOFFRE, Mém., t. 1, 1931, p. 332).
Être jaune comme un citron, comme un coing. Avoir le teint fort jaune. Le visage de l'autodidacte, jaune et dur comme un coing, s'est figé dans un tétanos réprobateur (SARTRE, Nausée, 1938, p. 154).
MÉD. Fièvre jaune. Maladie infectieuse et contagieuse due au virus amaril transmis par la piqûre d'un moustique sévissant dans les pays chauds, caractérisée par la teinte jaune de la peau et des tissus blancs. Synon. typhus d'Amérique (Ac. 1835-1935). Puissé-je finir sur le grabat de la fièvre jaune dans l'Amérique espagnole (GOBINEAU, Pléiades, 1874, p. 179).
C. — [Dont la couleur jaune a valeur de symbole] Maisons où flotte le drapeau jaune du choléra (BARRÈS, Cahiers, t. 11, 1916, p. 178).
En partic. [La couleur jaune considérée comme symbole d'infamie, de déshonneur] :
6. ... que dirait un sous-chantre du seizième siècle, en voyant le beau badigeonnage jaune dont nos vandales archevêques ont barbouillé leur cathédrale? Il se souviendrait que c'était la couleur dont le bourreau brossait les édifices scélérés; il se rappellerait l'hôtel du Petit-Bourbon, tout englué de jaune aussi pour la trahison du connétable...
HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 128.
[Cette couleur étant imposée aux Juifs dès le Moyen Âge] Tu as un bonnet jaune (...), un bonnet de juif? (HUGO, M. Tudor, 1833, I, 6, p. 41).
Étoile jaune. Signe de reconnaissance dont on avait imposé le port aux Juifs au cours du Moyen Âge et sous le régime nazi. Il est interdit à partir du 7 juin [1942] à tout Juif de plus de six ans de paraître en public sans porter l'étoile jaune (BLUMENKRANZ, Hist. des Juifs en France, Toulouse, Privat, 1972, p. 397). V. étoile II A 2.
Passeport jaune. Pièce d'identité des forçats libérés. Il est parti avec un passeport sur papier jaune et la marque d'un anneau à la cheville (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 1, 1859, p. 625).
Syndicats jaunes. [P. oppos. aux syndicats rouges liés aux thèses socialistes de la lutte des classes] Syndicats qui arboraient pour insigne un gland jaune et un genêt et défendaient un type d'action fondé sur la collaboration avec la classe dirigeante (cf. JAURÈS, Ét. soc., 1901, p. 88). Auj. [Pour les syndicats grévistes] Syndicat opposé à une grève, à une action revendicative.
II. — Adverbe
A. — Rare. En produisant une lumière, une teinte jaune. V. jaunir ex. 2.
B. — Au fig. et fam. Rire jaune. Rire de façon contrainte en dissimulant sa gêne, son dépit. On apprend (...) à adresser des sourires sucrés à sœur Aurélie (...). On apprend même à sourire jaune à l'odieuse Mlle Rinquet (SIMENON, Vac. Maigret, 1948, p. 19).
Rem. Emploi adj. au sens de « contraint ». Enthousiasme jaune de Coppée (RENARD, Journal, 1903, p. 829).
III. — Subst. Couleur qui parmi les sept couleurs fondamentales du spectre, se situe entre le vert et l'orangé.
A. — Subst. masc.
1. Couleur jaune. Beau jaune; peindre en jaune; couleur qui tire sur le jaune; être habillé de jaune, en jaune; salon tendu de jaune. L'habit est jaune citron; et c'est ce jaune-là qui fait tout son mérite (FLORIAN, Fables, 1792, p. 148). Au loin chantait à présent la symphonie coutumière : le bleu du ciel, le jaune étendu des boutons d'or, et dans ce jaune les taureaux éclatants de noirceur (MONTHERL., Bestiaires, 1926, p. 434). De mauvais pacages froids, sablés d'un jaune pâle là où les jeannettes étaient en fleur; et ailleurs, là où c'étaient les soucis d'eau, d'un jaune éclatant comme l'or (POURRAT, Gaspard, 1931, p. 83) :
7. Si, d'un côté, il [le peintre] appuie fortement sur un ton chaud, le jaune par exemple, comme le fit Van Gogh, ce messager du soleil, le jaune puissant fera éclore mille virtuelles violettes, une forêt de lilas.
LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 69.
[Caractérisée avec une nuance particulière]
a) [Par un adj. de couleur précédé parfois du trait d'union] Jaune brun, marron, ocre, orange ou orangé, vert. [Par un adj., au sens I A] Jaune clair, doré, foncé, impérial, tendre, vif. [Par un adj., au sens I B] Jaune sale, terne, verdâtre.
b) [Par un subst. précédé parfois d'un trait d'union] Jaune citron, cuivre, jonquille, miel, mirabelle, moutarde, nankin, paille, safran, serin, soufre. Supra ex. 3.
c) [Par un subst. compl.] Jaune d'ambre, d'ivoire, d'or.
Rem. Au plur. jaune et le terme associé restent invariables, jaune étant pris substantivement. Des robes jaune vif = robes [d'un] jaune vif.
En partic., vieilli et fam. [La couleur jaune étant symbole d'infamie, de déshonneur conjugal] Être peint en jaune. Être trompé par sa femme. Elle plaignait son frère, ce jeanjean que sa femme peignait en jaune de la tête aux pieds (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 635). V. supra ex. 6.
♦ [La couleur jaune ayant été imposée aux juifs comme marque de reconnaissance et d'infamie] Être habillé en jaune. Se signaler comme juif :
8. À moi, qui depuis vingt ans crie tout haut que si la famille Rothschild n'est pas habillée en jaune, nous serons très prochainement, nous chrétiens, domestiqués, ilotisés, réduits en servitude, le livre de Drumont m'a causé une certaine épouvante par la statistique et le dénombrement de leurs forces occultes.
GONCOURT, Journal, 1886, p. 562.
2. Matière qui sert à teindre et à colorer en jaune. Jaune végétal; jaune minéral, d'Italie (v. ROUSSET, Trav. pts matér., 1928, p. 77). Le jaune de Naples, le jaune minéral, le jaune de chrome, (...) sont des couleurs que l'on fabrique artificiellement à l'aide de l'antimoine, du plomb, du chrome et de l'arsenic (Manuel du fabricant de couleurs, t. 2, 1884, p. 1). Rubens préparait un corps avec un ton rose qu'il recouvrait, dans la lumière, de jaune de Naples (GONCOURT, Journal, 1894, p. 591). Supra ex. 1.
SYNT. Jaune de Cassel ou de Paris, de Turner; jaune d'antimoine, de cadmium, d'outremer, de zinc; un tube de jaune.
3. Objet, partie d'un objet jaune.
a) Jaune d'œuf. Partie intérieure centrale de l'œuf employée dans de nombreuses préparations culinaires. Avaler un jaune d'œuf; incorporer (à la pâte) un jaune d'œuf. Dorer de la pâte avec des jaunes d'œufs (Ac. 1798-1935). Tasse de chocolat dans laquelle vous ferez délayer deux jaunes d'œufs frais (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 252).
P. ell. L'œuf qu'elle cassa dans la tasse (...) se trouva avoir deux jaunes (VAN DER MEERSCH, Empreinte dieu, 1936, p. 145).
b) Pop. Eau-de-vie vieillie en fût, p. oppos. à la blanche. Donnez-moi de la jaune, de votre pissat d'âne premier numéro (ZOLA, Assommoir, 1877, p. 622).
c) Jaune antique. ,,Variété de marbre`` (LITTRÉ). Deux génies (...) en bronze doré, soutenaient de leurs bras élevés une petite table de jaune antique (STENDHAL, Nouv. inéd., t. 1, 1842, p. 203).
d) Case de jeu de couleur jaune. Miser sur le jaune (Lar. Lang. fr.). Il gagnait souvent sa pitance à l'appareil à sous où, par haine de son père, il jouait sur le vert ou le jaune (ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 211).
B. — Substantif
1. Personne de race jaune. Elle aimait de toute son âme cet étranger sec et dédaigneux, cet oriental aux yeux bridés, ce jaune! et lui la regardait à peine (MILLE, Barnavaux, 1908, p. 162) :
9. Il [l'empereur] est nettement convaincu (...) que sa mission est d'imposer une discipline militaire très dure aux peuples de l'Europe pour qu'ils puissent s'opposer aux jaunes.
BARRÈS, Cahiers, t. 4, 1905, p. 103.
2. Ouvrier, ouvrière qui s'oppose aux ,,idées révolutionnaires des syndicats dits rouges`` (Ac. 1935), refuse de prendre part à une action revendicative, une grève. Une jeune femme, une « jaune », qu'une bande d'ouvriers et d'ouvrières avait serrée contre le mur et couvrait de crachats (GUÉHENNO, Journal homme 40 ans, 1934, p. 116) :
10. Agents, gardes municipaux, gendarmes, avaient dû déblayer les alentours [de l'usine] pour protéger le travail qui n'avait pas été repris par le nombre d'ouvriers qu'on escomptait, mais enfin. Des jaunes avaient été molestés.
ARAGON, Beaux quart., 1936, p. 263.
REM. 1. Jauniot, adj. masc., hapax. Un peu jaune. Visage mélancolique et jauniot (L. DAUDET, Dev. douleur, 1931, p. 76). 2. Jaunotte, subst. fém., région. (Lorraine, Cher, Franche-Comté). Synon. région. de girolle. Ils passent dans les taillis, souples et furtifs, cherchant les jaunottes et les nids d'étourneaux (MOSELLY, La Vie lorraine, Paris, Nouvelle librairie Nationale, 1907, p. 18).
Prononc. et Orth. : []. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. ca 1100 « qui est de la couleur de l'or, etc. » (Roland, éd. J. Bédier, 1494); ca 1165 « se dit de la couleur parcheminée de la peau, et notamment du teint du visage, qui dénote la fatigue » (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, 16486, var. ds T.-L.); 1834 le métal jaune (BALZAC, E. Grandet, p. 14); 2. 1748 femme jaune (MONTESQUIEU, Esprit des lois, livre seizième, 6, éd. J. Brethe de la Gressaye, t. 2, p. 248); 1840 race jaune (Ac. Compl. 1842); 3. 1814 fièvre jaune (NYSTEN); 4. 1832 « qui est de couleur jaune, symbole d'infamie » (HUGO, N.-D. Paris, p. 128); 1859 passeport sur papier jaune (PONSON DU TERR., op. cit., t. 1, p. 625); 5. 1901 syndicat jaune (d'apr. ESN.). B. Subst. 1. 1165-70 « couleur jaune » (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 3603); 2. 1538 jaune-d'œuf (EST., s.v. luteus); 3. 1617 « la couleur jaune, symbole d'infamie » (A. D'AUBIGNÉ, Faeneste, I, 2 ds Œuvres, éd. E. Réaume et de Caussade, t. 2, p. 390); 1899 « ouvrier appartenant à un syndicat jaune » (d'apr. ESN.); 4. 1867 les Jaunes « représentants de la race jaune » (LITTRÉ). C. Adv. 1740-55 rire jaune (SAINT-SIMON, Mémoires, éd. de Boilisle, t. 8, p. 18). Du lat. galbinus « vert pâle ». Fréq. abs. littér. : 5 369. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 4 096, b) 11 320; XXe s. : a) 11 259, b) 6 500.
DÉR. Jaunasse, adj., péj. Qui tire sur le jaune. Une jaunasse frimousse (BALZAC, Corresp., 1821, p. 117). Une longue bâtisse de trois étages, jaunasse, plate et sans balcons, mais qui, sous le soleil d'été, prenait des tons savoureux de crépi italien (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 21). L'émeraude, pourvu qu'elle n'ait pas Dieu sait quoi, dans son eau, d'un peu clair, d'un peu jaunasse (COLETTE, Gigi, 1944, p. 55). []. 1re attest. fin XIIe s.-début XIIIe s. galnace « qui tire sur le jaune » (Lapidaires anglo-norm., éd. P. Studer et J. Evans, IV, 736, p. 180); de jaune, suff. -asse.
BBG. — GRUNDT (L.-O.). Ét. sur l'adj. invarié en fr. Bergen-Oslo-Tromsø, 1972, p. 249. - KRISTOL (A.M.). Color. Berne, 1978, pp. 293-345. - QUEM. DDL t. 10, 13, 16, 20. - SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 46, 118.

jaune [ʒon] adj. et n.
ÉTYM. XIIe; jalne, 1080, Chanson de Roland; du lat. galbinus « vert pâle ou jaune », de galbus « jaune ».
———
I Adj.
1 Qui est d'une couleur placée dans le spectre entre le vert et l'orangé, et dont la nature offre de multiples exemples : être jaune comme l'or ( Doré), le safran, la paille, le miel, le soufre, le citron. || La teinte jaune du beurre, de l'huile, des épis mûrs ( Blond). || Matières organiques donnant une teinte jaune aux feuilles (xanthophylle), à l'urine (xanthine). Xanth-, préf. || Les fleurs (cit. 5) jaunes de la ficaire (cit.), du genêt, du mimosa, du souci, du tournesol (→ Fouetter, cit. 20).Plumage jaune du canari, du serin. || Bec jaune des oisillons. — ☑ Loc. fig. Bec jaune. Bec. Montrer à qqn son bec jaune ou béjaune (cit. 1).Papillons jaunes. Xanthie.Chien à poil jaune (→ Griffon, cit. 3).Pierre jaune. Topaze. (Choses naturelles; en général avec une nuance dépréciative). || Des eaux jaunes et limoneuses. → Arène, cit. 4. — Brouillard (cit. 6) jaune (→ Espace, cit. 20).(Dans des noms de cours d'eau). || Le fleuve Jaune. || Le Nil jaune.
1 Comme une peau de tigre, au couchant s'allongeait
Le Nil jaune, tacheté d'îles.
Hugo, les Orientales, I, IV.
tableau Désignations de couleurs.
De longues dents jaunes (→ Haquenée, cit. 2). || Cheveux jaunes : cheveux blonds d'une teinte très (trop) colorée (→ Dégingandé, cit. 1; face, cit. 5).
(V. 1165). En parlant de la peau. || Visage jaune de hâle (cit. 3). || Teint jaune et bilieux.(Personnes). || Il est jaune, maigre, souffreteux (→ Baguette, cit. 4; escogriffe, cit. 2; gastrique, cit. 1; infant, cit. 2).Être jaune comme un citron, un coing (cit. 2), comme cire (vieilli) : être très jaune.
2 Le visage avait alors une teinte jaune semblable à celle qui colore les austères figures des abbesses célèbres par leurs macérations.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 640.
Spécialt (en parlant d'une personne atteinte de jaunisse) :
2.1 Vaucorbeil allait partir, quand Pécuchet l'arrêta.
— « Vous m'oubliez, Docteur ! »
Sa mine jaune était lamentable, avec ses moustaches, et ses cheveux noirs qui pendaient sous le foulard mal attaché.
— « Purgez-vous » dit le médecin; et lui donnant deux petites claques comme à un enfant : « Trop de nerfs, trop artiste ! »
— « Il me semble » dit Pécuchet « que nous aurons bientôt du grabuge ? » Car il voyait tout en noir, peut-être à cause de sa jaunisse.
Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Folio, p. 224.
REM. Les derniers emplois, presque toujours péjoratifs, reflètent les connotations négatives, voire maléfiques de la couleur jaune, dans la civilisation française médiévale, connotations que l'on retrouve dans plusieurs emplois concrets et figurés. Il en va de même pour rouge et roux, au point que dans le texte ci-après, jaune est un synonyme (affectif) de roux :
2.2 Pourquoi l'appelez-vous Poil de Carotte ? À cause de ses cheveux jaunes ? — Son âme est encore plus jaune, dit madame Lepic.
J. Renard, Poil de Carotte, p. 293, in T. L. F.
(Qualifiant des objets fabriqués, peints). || Un jouet jaune. || Un sous-marin jaune. || Un décor, une façade jaune. || Un mur jaune. || « Le petit pan de mur jaune » (Proust; → Mur, infra cit. 16). || Le Mystère de la chambre jaune, roman de Gaston Leroux. || La ligne jaune, signalisation routière.
(Vêtements). || Un pantalon jaune. || Souliers jaunes. || Une jupe jaune à fleurs. || Gants jaunes.Le maillot jaune (du Tour de France). — ☑ Loc. Nain jaune.
(Lumière). || Clarté, lueur jaune.(De la source lumineuse). || Lampe jaune. || Phares jaunes.
Spécialt (qualifiant des êtres ou objets de même espèce et pouvant avoir d'autres couleurs). || Argile jaune. Ocre. || Cuivre, or jaune. || Ambre jaune. || Marbre jaune. || Nénuphar jaune. Jaunet (II., 1.).Un vin jaune (→ Vin de paille).Blés, feuilles jaunes (opposé à vert).
Loc. (1834, Balzac). Le métal jaune : l'or. || Une pièce jaune, en or. Jaunet (II., 2.).
Biol. || Corps jaune : masse jaune dans l'ovaire, formée par un follicule de De Graaf après la chute de l'ovule. || La progestérone, hormone sécrétée par le corps jaune.
Adv.(XVIIIe, Saint-Simon). Fig., fam. Rire jaune, d'un rire forcé, contraint, qui dissimule mal le mécontentement, le dépit, la gêne.
3 (Chamillart) était un bon et très honnête homme (…) d'ailleurs très borné (…) riant jaune avec une douce compassion à qui opposait des raisons aux siennes.
Saint-Simon, Mémoires, I, LVI.
4 Mithoerg, décontenancé, souriait un peu jaune.
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 38.
2 (1814, Nysten). Méd. || Fièvre jaune.
3 (1840, Académie, Compl.). || Race jaune : race humaine, en majeure partie asiatique, caractérisée par des yeux bridés et une peau de couleur brun très clair. || Peuples jaunes : Chinois, Japonais, Mongols, Inuit (Esquimaux). || L'homme jaune (→ Zombi, cit. 3). || Femmes (cit. 30) jaunes. || Avoir la peau jaune, être jaune : appartenir à la race jaune. → ci-dessous, II., B., 1. — ☑ Loc. Le péril jaune : menace supposée que ferait peser l'Asie sur les autres continents à cause de son taux de natalité élevé.Par extension :
4.1 (…) croyez pas que j'exagère… si je vous dis que demain la France sera toute jaune par les seuls effets des mariages (…) que le sang des blancs est dominé, que les blancs peuvent aller tous s'atteler, très vite, leur dernière chance… pousse-pousse ou mourir de faim… allez pas dire que j'exagère…
Céline, Rigodon, p. 228.
4 (1901, in Esnault). Hist. || Syndicats jaunes (dont l'insigne était un genêt et un gland jaune) : organisations syndicales créées en 1899 contre les syndicats ouvriers (→ ci-dessous, II., B., 2.).
4.2 (…) le syndicat maison (…) ramassis de briseurs de grèves et de truqueurs d'élections. Ce syndicat jaune est l'enfant chéri de la direction (…)
Robert Linhart, l'Établi, p. 67.
5 Emplois spéciaux (comme au sens 4, la valeur dépréciative du mot est ici sensible). a (1859, passeport sur papier jaune). || Passeport jaune : passeport des anciens forçats libérés.
4.3 — Oh ! la casaque rouge, le boulet au pied, une planche pour dormir, le chaud, le froid, le travail, la chiourme, les coups de bâton ! La double chaîne pour rien. Le cachot pour un mot. Même malade au lit, la chaîne. Les chiens, les chiens sont plus heureux ! Dix-neuf ans ! J'en ai quarante-six. À présent le passeport jaune ! Voilà.
Hugo, les Misérables, I, II, III.
b (La couleur jaune étant imposée aux Juifs depuis le moyen âge). || Bonnet jaune des Juifs. || Étoile jaune, signe distinctif imposé aux Juifs par les nazis.
c Drapeau jaune, signalant que la mer est dangereuse sur une plage.
———
II N.
A (Choses).
1 N. m. (V. 1170, Chrétien de Troyes). || Le jaune, du jaune.
a Une des sept couleurs fondamentales du spectre solaire, placée entre le vert et l'orangé. || Couleur qui tire sur le jaune. Jaunâtre. || Jaune tirant sur le brun. Bronze, saure. || Le mélange du jaune et du bleu donne le vert. || Tourner au jaune. Jaunir; jaunissement (→ Gras, cit. 8). || Teinter de jaune. Jaunir; jaunissage. || Peindre des volets en jaune.
5 La couleur du cuivre pur est d'un rouge orangé, et cette couleur, quoique fausse, est plus éclatante que le beau jaune de l'or pur.
Buffon, Hist. nat. des minéraux, Du cuivre.
Fam., vx. Être peint en jaune : être trompé par sa femme (le jaune étant considéré, depuis des temps très anciens et pour des raisons obscures, comme la couleur de l'infamie, du déshonneur). Mod. || Le jaune, couleur des cocus.
b Le jaune du vêtement, de la parure. || Être (habillé) en jaune (→ Épitoge, cit.; bonze, cit. 2). || Porter du jaune. || Le jaune ne va pas à son teint, ne lui va pas.
6 Vulcain, en garçon chic, tout de jaune habillé, ganté de jaune (…)
Zola, Nana, I.
c (Qualifié). || Un jaune, des jaunes. Ton, nuance de jaune. || Un jaune clair, éclatant, faible (cit. 27), foncé, franc (2. Franc, cit. 13), vif. || Faisan (cit. 1) aux plumes d'un jaune doré. || Bœuf (cit. 5), cheval à la robe d'un jaune pâle ( Isabelle). || Barbouillage (cit. 3) d'un jaune sale. || Un jaune pisseux.Un jaune d'ambre (→ Grappe, cit. 5), de cire (→ Fente, cit. 1), un jaune mirabelle (→ Ardoisé, cit. 1). || Une bande pâle, d'un jaune citron. → Orangé, cit. 2.
7 (…) dans notre climat la couleur ordinaire du canari est uniforme, d'un jaune citron sur tout le corps (…) La femelle est d'un jaune plus pâle que le mâle.
Buffon, Hist. nat. des oiseaux, Le serin des Canaries.
8 Considérez au Louvre, dans l'Esther de Véronèse, la charmante suite des jaunes qui, vaguement pâlis, foncés, argentés, rougis, verdis, teintés d'améthyste et toujours tempérés et reliés, se fondent les uns dans les autres, depuis la jonquille pâle et la paille luisante, jusqu'à la feuille morte et la topaze brûlée (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 336.
(En emploi adjectival, mais le mot jaune et le mot précisant la nuance restant tous deux invariables). || Des fleurs jaune d'or (→ Bas-fond, cit. 1). || Sable jaune vif (→ Beau, cit. 31). || Étoffe jaune orange (→ Fanfreluche, cit. 3), jaune chamois, jaune citron, jaune canari (1876), jaune feuille-morte, jaune paille, jaune pipi (fam.), jaune serin. || Du poil jaune filasse. || Un mélange jaune caramel (→ Gâchis, cit. 1).
9 (…) on voyait leurs corps couleur de bronze jaune doré s'agiter avec une souplesse de couleuvre (…)
Th. Gautier, le Roman de la momie, I.
10 Un soleil, une lumière, que faute de mieux je ne puis appeler que jaune, jaune soufre pâle, citron pâle or. Que c'est beau le jaune !
Van Gogh, Lettres à son frère Théo, in Clarac, I, p. 83.
10.1 (…) photographiant d'un œil haineux les supporteurs du C. M. Haut-Médoc, reconnaissables à leur insigne jaune pipi (…)
René Fallet, le Triporteur, p. 320.
Loc. (1836; de un jaune [ci-dessous, 3.] d'œuf). Un pantalon, des pantalons jaune d'œuf.
2 N. m. (1669). Matière colorante jaune, employée en teinturerie, en peinture. || Jaunes végétaux. Curcumine, fustet (fustine), genestrolle (genêt), nerprun, quercitrine, safran, stil-de-grain. || Jaunes minéraux : jaune d'antimoine, de cadmium ( Cadmium), de chrome (jaune anglais, jaune d'or…), jaune d'outremer, d'urane, de zinc. || Jaune de Cassel ou de Paris, jaune de Naples. || Un tube de jaune.
10.2 La Femme au bain (…) pour les clairs, de rouge de Venise et blanc, dans laquelle, suivant l'endroit des clairs, jaune de Naples et blanc, de jaune de Naples, blanc et noir pêche, de blanc et noir pêche. Les ombres préparées avec tons de reflets orangés les plus chauds et des tons gris d'ombre par places, tels que blanc, jaune de Naples et terre d'ombre, etc.
E. Delacroix, Journal, 14 mai 1830. Cf. Ibid. 15 janv. 1853, « jaune de zinc ».
3 N. m. Objet de couleur jaune; partie jaune d'un objet. || Le jaune d'un drapeau, d'une décoration. || Jouer le jaune, miser sur le jaune (à certains jeux). (1538). || Le jaune de l'œuf, un jaune d'œuf.Ellipt. (par oppos. au blanc). || Le jaune, un jaune (→ Germe, cit. 5).
11 Il a découvert que l'omelette était beaucoup plus délicate quand on ne battait pas le blanc et le jaune des œufs ensemble (…)
Balzac, la Rabouilleuse, Pl, t. III, p. 977.
4 N. f. Vx. Eau-de-vie jaune, vieillie en fût (opposée à la blanche).
B (Personnes).
1 N. (1867). Personne de race jaune. || Eurasien né d'un Blanc et d'une Jaune. || Les Jaunes.
12 Ce sont les Blancs, et eux seuls, qui ont fait l'Occident. La distance qui les sépare des Noirs, des Rouges, est immense, et si les Jaunes sont capables d'une efficacité comparable, ils souffrent techniquement d'un retard de trois siècles.
André Siegfried, l'Âme des peuples, Conclusion.
2 N. m. Membre d'un syndicat jaune. (1899). Mod. Ouvrier qui refuse de prendre part à une grève. Briseur (de grève), renard. || Grévistes (cit. 2) qui huent les jaunes.
13 (…) il entre à la Maison des Syndicats, il demande le Comité de Grève (…) une quinzaine d'ouvriers, assez mornes (…) Armand s'avance vers eux et il leur dit : « Voilà, camarades, je ne veux plus être un jaune, je suis venu à vous (…) »
Aragon, les Beaux Quartiers, III, XXIII.
DÉR. Jaunasse, jaunâtre, jauneau, jaunet, jaunir, jaunisse, jaunotte.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Jaune —   Composantes RVB (r, v, b) (255, 255, 0) Triplet hexa. FFFF00 CMJN (c, m …   Wikipédia en Français

  • jaune — JAUNE. adj. de tout genre. Qui est de couleur d or, de citron, de saffran. Drap jaune. couleur jaune. fleur jaune. cela est jaune. il a le teint jaune. cela est jaune comme saffran, comme de l or. On dit, d Un homme qui a le teint jaune, qu Il… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Jaune D'œuf — Pour les articles homonymes, voir Œuf. Coupe d’un œuf de poule domestique : le jaune, au centre, est entouré par le blanc …   Wikipédia en Français

  • Jaune d’œuf — Jaune d œuf Pour les articles homonymes, voir Œuf. Coupe d’un œuf de poule domestique : le jaune, au centre, est entouré par le blanc …   Wikipédia en Français

  • Jaune 2G — Général Synonymes Lissamine Fast Yellow Acid Yellow 17 C.I.18965 Light Fast Yellow 2G C.I. Food Yellow 5 Acid Leather Yellow 2GL Erio Flavine SX Fena …   Wikipédia en Français

  • ‘Jaunė’ — statusas T sritis augalininkystė apibrėžtis Vidutinio ankstyvumo braškių veislė, sukurta Lietuvos sodininkystės ir daržininkystės institute. Veislė derlinga, uogos skanios. Į tinkamiausių Lietuvoje auginti augalų veislių sąrašą įrašyta 1997 m.… …   Žemės ūkio augalų selekcijos ir sėklininkystės terminų žodynas

  • Jaune — (franz., spr. schōn ), gelb; Giallo, geloer Marmor; Livre j., s. Gelbbuch; J. anglais, Viktoriaorange, ein Teerfarbstoff, besteht aus trinitrokresylsaurem Ammoniak;. k. brillant, Neapelgelb (antimonsaures Blei), auch Schwefelkadmium; J. fixe,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Jaune d'or — ● Jaune d or qui a l éclat orangé de l or …   Encyclopédie Universelle

  • jaune — [ʒon] <fr. ; aus lat. galbinus »grüngelb«> gelb …   Das große Fremdwörterbuch

  • jaune — (jó n ) adj. 1°   Qui est de couleur d or, de citron, de safran, de renoncule des prés. •   C est un homme qui a une large barbe noire, et qui porte une fraise avec un habit jaune et vert, MOL. Méd. m. lui, I, 5. •   Il [Jouvenet] a peint presque …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.